Comment ranker son site de communiqués de presse ?

En reprenant les 8 conseils prodigués le mois dernier, il semble important d'en compléter certains et d'en ajouter de nouveaux suite à de nombreux tests réalisés par des référenceurs. Enfin, tous seront expliqués, car suite à de nombreux messages les débutants en référencement et en promotion de sites internet ne disposent pas de toutes les connaissances pour bien mettre en application ces conseils SEO.

A qui s'adressent ces recommandations ?

A tous les éditeurs de sites qui publient des communiqués de presse en ligne, mais plus particulièrement à ceux qui lancent un tel service. Les propriétaires de sites de CP déjà pénalisés peuvent bien sûr appliquer ces guidelines, mais se référeront surtout au prochain article à paraître très prochainement (avril 2012) intitulé "Sortir son site CP des pénalités Google".

Sur quoi ces recommandations sont-elles basées ?

Sur des tests SEO grandeur nature, menés sur des sites de communiqué sanctionnés ou non par le filtre Google Panda depuis sa mise à jour 3.4, mais ces conseils sont également issues des apports (réflexions, questions, opinions, suggestions) d'autres éditeurs CP-istes au travers de leurs commentaires sur le blog du Promoteur Internet ou de leur propres sites. Ils sont systématiquement appliqués sur les sites CP du Promoteur Internet depuis la publication de l'article de fond précédent. Toutefois, en raison du caractère énigmatique du fonctionnement de l'algorithme de Google et de son filtre Panda, ainsi qu'en raison de la communication déstabilisatrice du géant de Mountain View, ces recommandations sont livrées "telles quelles", sans garantie de résultat et sans notion de durée. Mais que les internautes se rassurent, elles reposent sur du bon sens et n'ont rien en commun avec des pratiques Seo Black Hat pistées et sanctionnées par GG depuis quelques mois...

Positionnez votre site CP

Ne pas se trouver lié à un réseau de sites similaires : Si vous comptiez automatiser la création d'un réseau de site (linkwheel) à l'aide de scripts, d'un serveur dédié et de quelques plugins WordPress, c'est raté. Les sites se renvoyant la balle (schéma de linking d'un site A vers un site B et réciproquement, ou d'un d'un site A pointant vers un site B qui pointe lui-même vers un site C ramenant le linkjuice sur A) de façon un peu trop évidente sont facilement repérables et susceptibles d'être déclassés, plus ou moins fortement selon la qualité des contenus qui sont publiés. Plus le contenu est médiocre (contenus trop dupliqués, textes spinnés, voire articles sans aucun intérêt), plus la sanction est sévère. Le risque le plus grave est que Google pénalise automatiquement les money sites sur les ancres de leurs liens, et qu'ainsi votre client perde des positions dans les pages de résultats du moteur sur cette requête précise. Et ceci "simplement" parce que le site de votre client aura été identifié comme ayant de "mauvaises fréquentations".

Comment faire ?

En administrant le site comme s'il était votre seul site, en lui conférant tous les atouts et les signaux "naturels" possible : soumission dans des annuaires qualitatifs, publications dans des sites de communiqué réputés, signaux sociaux... Référencer chaque site sur des réseaux différents, de façon à ce que le netlinking se fasse de manière indépendante. 

Obtenir des visites et des interactions par le biais des réseaux sociaux : Un site possédant un flux de visiteurs actifs régulier est un signe de contenus intéressants. Les sites de CP, tout comme les sites annuaires à l'origine, ont une cible principale très clairement identifiée : les robots des moteurs de recherche qui, en suivant les liens dans les articles menant vers les sites des clients, vont indexer leurs propres contenus et - en multipliant cette opération plusieurs fois - les faire ressortir (les rendre visible) dans les pages de résultats (Serps). Mais l'adage "qui peut le plus, peut le moins" s'applique également ici. En effet, un site CP au design agréable, publiant des contenus vraiment intéressants, sera plus à même de fidéliser une audience. Si en plus les visiteurs interagissent au moyen de widgets sociaux (votes, like facebook, +1 Google+, Retweet twitter...), alors le taux de fréquentation et d'animation grimpera également.

Publier des articles qui ne contiennent pas que des liens vers le même site : Même s'il est légitime qu'un communiqué de presse fasse avant tout des liens vers le produit, le service ou la marque mise en avant, il est également important d'apporter des éléments complémentaires pertinents à l'internaute.

Varier les ancres des liens : la sur-optimisation des textes de liens a été pointée du doigt comme étant un signal susceptible de reconnaître des campagnes de liens automatisés (donc non naturels). Il convient alors d'adapter le nommage des ancres selon une stratégie : entre une marque, un produit et des services, les intitulés peuvent varier selon des critères propres. Depuis les premières pénalités imputables au filtre Google Panda, certains administrateurs de sites CP vont jusqu'à dés-optimiser leurs ancres de liens, en réintroduisant par exemple les termes longtemps décriés "cliquez ici", "voir en ligne", "visualisez un exemple"...

Publier des textes suffisamment bien composés : Même si certains communiqués émanent vraiment de rédacteurs web, leur mise en page et leur formatage n'invite souvent pas beaucoup à la lecture ni à la réaction. Il convient de présenter les articles en faisant preuve d'empathie vis-à-vis de la cible, et d'utiliser au besoin le levier linkbaiting pour structurer la lecture et garder l'internaute en lui donnant envie de lire la suite, comme une lettre de vente en marketing.

Publier à des heures différentes et à des fréquences irrégulières : Ce conseil permet d'éviter un éventuel filtrage basique si vous mettez en ligne tous les mardi à 14h30 par exemple, ce qui peut être perçu comme une automatisation de tâche, et donc potentiellement une programmation impliquant d'autres tâches automatisées (recherche de pages thématiques, scrapping de textes, création de mash-ups mélangeant les sources afin d'éviter le duplicate content et publication). On peut ajouter : utiliser des outils de publication différents (WordPress, de par sa facilité, est susceptible d'être considéré plus facilement comme un outil pour spammeur qu'un site fait à la main, car cela requiert plus de temps).

Publier en tenant compte de l'environnement et de l'actualité : difficile pour un site qui publie régulièrement de nouveaux contenus comme un site CP, de faire abstraction de l'actualité et du buzz. Rédiger des "sujets chauds" permettra de faire coïncider fréquence de publication avec effet longue traîne. En s'inscrivant dans une logique d'ouverture sur ce qui se passe sur le web, votre site pourra donc être considéré comme naturellement réactif à son éco-système, ce qui n'est pas le cas de la plupart des liens artificiels qui sont sans rapport avec les actus.

Varier les mises en forme des textes, leur composition, leur formatage :

Nombre de caractères d'un communiqué de presse :

La longueur "syndicale" d'un communiqué en ligne semble avoir pris un peu de poids, puisque de 3 000 caractères on voit de plus en plus de sites CP exiger des textes de 5 000 caractères.

Nombre de liens d'un communiqué :

De plus, la répartition entre le nombre de mots et le nombre de liens sortants autorisés est également en pleine mutation : alors que 3 liens étaient de mise pour 3 000 caractères, on en vient à des mesures non exponentielles afin de garantir un effet "naturel", surtout entre les différents articles.

Il est ainsi recommandé dorénavant de publier des communiqués sans liens sortants, des communiqués avec des liens vers des sites d'autorité (à fort TrustRank), des communiqués avec 7 ou 8 liens si le sujet  l'y autorise (on variera alors les ancres : optimisées ou non)... Pour en savoir plus, consulter l'infographie sur les critères de qualité d'un lien sur le blog d'Abondance : http://blog.abondance.com/2012/04/infographie-comment-determiner-la.html

Types de contenus :

Des images illustrant les idées fortes de l'article sont un gros plus apprécié pour le confort de la lecture et susciter l'envie de lire. Depuis quelques semaines, certains éditeurs essaient même le média vidéo en demandant d'illustrer l'idée principale avec une vidéo pertinente.

Nouveau conseil sur le blast de CP : afin de prévenir (car on le sait, même si votre charte éditoriale l'interdit, certains auteurs vont faire un blast sur le communiqué qu'ils ont publié sur votre site) un afflux soudain et massif de liens vers une de vos pages, il est recommandé de commencer à faire vivre votre site CP de façon progressive, en publiant des articles selon une courbe ascendante peut-être mais pas brutale. Attendez quelques mois d'indexation par Google avant d'ouvrir l'accès aux auteurs que vous ne connaissez pas parfaitement. Un site déjà connu de Google subissant des blasts au bout de plusieurs mois d'existence (j'ai tendance à penser que 8 mois est un minimum) aura tendance à être moins pénalisé qu'un site qui est immédiatement associé à cette méthode Black Hat de création massive de liens artificiels.

Addenda :

Les fausses bonnes idées lues un peu partout : je peux bien entendu me tromper; voici les astuces dont je ne suis pas convaincu :

Privilégier le site de CP thématique au généraliste : Il sera certes plus facile de se positionner sur une niche, mais je ne vois pas en quoi les thématiques variées peuvent être plus facilement pénalisées par Google, car il s'agirait alors de créer plusieurs sites spammy au lieu d'un seul, pas vraiment gênant avec les outils d'automatisation. Donc à part le positionnement (qui est une démarche naturelle de segmentation/sectorisation à l'aide de recherche de mots-clé, tendances, etc), j'aurais tendance à penser que cela ne joue pas dans le déclassement d'un site.

Supprimer les pseudos des auteurs : cela peut jouer en défaveur si un auteur en particulier est systématiquement associé à du contenu spammy, autrement non.

Enlever les termes péjoratifs et autres mots blacklistés à l'heure de Panda 3.4 : "communiqués de presse", "cp", "publiez votre Communiqué" ainsi que les footprints des moteurs de publication utilisés : ce n'est pas l'outil qui fait le bien ou le mal, mais bien son utilisateur. S'il est probable que WordPress soit aujourd'hui considéré comme "facilitateur de spam", cela ne signifie pas pour autant que tout nouveau site WordPress se fasse pénaliser par Google, heureusement. Comme évoqué précédemment, ceci est un critère parmi tant d'autres...

Le Promoteur Internet espère que ces quelques conseils vous aideront à entretenir un site performant en terme de netlinking et pertinent auprès de moteurs comme Google !

Post-Scriptum :

Enfin, il faut garder à l'esprit que Google et son Panda ne sont pas à l'abri d'erreurs et de bugs, cf. http://actu.abondance.com/2012/04/des-pertes-de-position-dues-un-bug-de.html, et que les classements vont encore fluctuer au fil des prochains mois, au moins parce que le moteur va réhabiliter des sites qu'il a pénalisé par erreur !