Ne plus savoir que faire

On le voit depuis ces dernières années, les moyens de faire du lien sont pénalisés les uns après les autres :

  • Liens sitewide sur des réseaux se site
  • Liens sur des sites de communiqués de presse
  • Liens sur des annuaires
  • Liens sponsorisés achetés via des plateformes d'achat et de vente
  • Liens via du guest-blogging
  • (Certains) liens dans les signatures de profil de forum...

Toutes ces "techniques" ont été montrées du doigt à un moment ou à un autre par Google : sur les forums, via les Hangout, via les blogs Google, les tweets de Matt Cutts ou autres Googlers... et depuis, les sites qui autorisent ces pratiques sont régulièrement sanctionnés.

Nouvelle vague de pénalités

Aujourd'hui, réveil difficile pour une vingtaine d'annuaires francophones, dont le PR est passé à zéro pour ceux qui en affichaient 4 ou 5 la semaine dernière, et PR2 pour ceux qui affichaient 5.

Parmi ces sites, quelques-uns défendaient une ligne éditoriale de qualité journalistique. Le nombre minimum de mots, le style et la présentation (sans compter bien évidemment le refus du moindre morceau dupliqué, les répétitions de mots-clés abusives, les ancres exactes optimisées, etc), tout était modéré sans pitié. Même parmi ces annuaires qualitatifs, la sanction de Google est tombée.

Non seulement le site perd en visibilité, mais les sites qu'il référençait tombent aussi. J'avais un site d'un de mes clients sur un de ces annuaires très qualitatifs. Sa fiche apparaissait en première page des Serps sur la marque. L'ancre du lien était l'url avec http://, donc pas d'ancre optimisée. Cette fiche se retrouve aujourd'hui en 7ème page du fait de cette pénalité. Et le site client a globalement perdu quelques positions (sans autres raisons apparentes).

Si je compare avec d'autres annuaires touchés par cette mise à jour, les sanctions sont parfois pires : disparition pure et simple des 10 première pages des serps pour d'autres fiches. Les fiches elles-même sont toujours indexées, mais ne ressortent plus.

C'est loin d'être terminé

Il semblerait que les rustines temporaires consistant à continuer à faire des liens artificiellement mais "de qualité" ne fonctionnent plus aujourd'hui. Que peut-on dire des sites tombés aujourd'hui, sinon que la majorité étaient de bien meilleure qualité que moults annuaires "de base" encore en place et non pénalisés à ce jour ? Tout simplement qu'ils ont eu le tord d'être renommés, donc visibles.

En frappant sur ces piliers, Google envoie un message très clair à l'ensemble de la communauté SEO.

Et l'hécatombe ne fait que continuer. j'ai détecté d'autres pertes de position pour d'autres fiches sur des annuaires qui ne figurent pas dans la liste de Berti (lien non affi). Ceux-là ont encore leur PR, mais sont pourtant déclassés... De là à penser que d'autres annuaires et sites vont tomber dans les prochains jours, il n'y a qu'un pas que je franchis sans hésiter.

Et si finalement Berti avait raison ? Si l'espoir résidait dans le fait que les sites disposant d'une ancienneté subissent aujourd'hui certains retours de bâton ? L'espoir, c'est que l'alternative serait alors de soumettre son site auprès de jeunes domaines très propres et peu médiatisés ?

Rebondir, s'adapter, encore et toujours

Les solutions existent malgré la morosité ambiante et le rouleau compresseur médiatique Google. L'allégorie du titre, celle du canard sans tête qui continue à courir, s'applique bien à la situation. Google a beau frapper de grands coups, la plupart des SEO continuent de recommander des sites sans passer par la caisse enregistreuse Adwords. Des combines meurent, de nouvelles voient aussitôt le jour. La nature a horreur du vide et le référencement naturel est toujours là.