(Do) Follow Ze liste !

Une liste (de plus), qui comporte des liens vers une trentaine de blogs classés par PR (jusqu'à 4 en minimum), et annotés lorsqu'ils sont Auto-Approve, utilisent Keyword Luv ou Comment'Luv.

Je suis tombé dessus via un autre blog que je lisais pour la première fois et relativement peu connu. En parcourant la liste, je retrouve des noms connus de la blogosphere SEO, comme celui de Sylvain. Et ça tombe bien, car lui aussi a pris connaissance de cette liste et en a fait le sujet (en partie) d'un billet : http://blog.axe-net.fr/guest-blogging-dofollow-humeurs

Alors évidemment ça me fait sourire, car pour la plupart des nominés il n'y a rien d'exceptionnel (de toutes façons, il n'y a RIEN d'exceptionnel, n'est-ce pas ?) Sylvain dénonce l'aspect irresponsable du webmaster du site mettant cette liste à disposition.

Quels sont les risques ? Je me fais l'avocat du diable et tente d'apporter un éclairage "neutre", semblable à un parfait débutant dans l'univers du référencement naturel et du commentaire de spam...

En donnant les adresses de blogs acceptant les liens en DoFollow, appréciés pour leur impact sur le référencement naturel, le webmaster s'imagine bien que :

> Des blogueurs de tous poils vont se ruer sur la liste pour aller poser leurs liens

> Des encore plus "evil" vont recopier la liste et la publier en leur nom sur des forums pour s'attribuer un peu de gloire,

> Des référenceurs et des blogueurs ennuyés par ces afflux de commentaires vont crier au scandale

> Ca va faire le buzz

Bon. Si on prend le point 1 : ok, c'est l'exercice. Certains font du bon boulot (ancres variées et pas sur-optimisées, message prouvant qu'ils ont lu l'article, note sympathique... D'autres sont fatigués ou ont bu, je ne sais pas trop, ou alors ils sont sous-traitants offshore car leur prose ressemble plus au parler d'un pré-ado de 13 ans qu'à la cible moyenne du blog. Bref. Un peu à la manière de John décrit dans un billet précédent, il va falloir passer entre les balles si je veux laisser mon propre commentaire, et relever un peu le niveau.

Le point 2 : no comment. La "popularité" acquise ne vas durer que le temps d'un feu de paille et le copieur va être grillé...

En fonction de l'auteur du blog, on se doute assez vite si ça peut passer ou pas. On ne commente pas un blog SEO de la même manière qu'un article sur les recettes de cuisine d'une maman toute contente de lire soudainement des dizaines de messages de louanges sur ses muffins au chocolat ! On voit aussi des comportements assez drôles de "victimes" de ces listes qui rédigent spécialement un billet pour l'occasion, lequel se voit naturellement pris d'assaut par des professionnels du commentaire (je n'emploie pas le terme "spamco" car lorsqu'il y a un minimum de pertinence dans le propos et de qualité dans la formulation, pour moi ce n'est pas du spam...). Le résultat est assez savoureux. Et en plus, il n'y a rien d'irrespecteux : qui, mieux qu'un référenceur, est mieux placé pour parler de commentaire de blog ? Lire la complainte du blogueur victime de la liste ici : http://blog.mypixhell.com/2013/02/01/spam-massif-sur-le-blog/

Pour moi, cette liste n'a rien de vraiment fâcheux. La plupart des spots, je les connaissais de façon naturelle, en surfant sur le web. Et les autres, j'en ai découvert 4 ou 5 sur lesquels je retournerai régulièrement car leurs thématiques m'intéressent, ou leur ton. Quant aux autres, je n'y retournerai pas.

Cette liste entraîne un surcroît de travail de modération pour les auteurs de ces blogs.
Cette liste peut les convaincre de passer à un système de filtrage plus agressif, voire même de passer les liens en nofollow.
Si c'est le cas, c'est l'ensemble des référenceurs (qu'ils soient pros ou occasionnels, le blogueur mettant un lien vers son unique et propre site en fait aussi partie) qui ne pourra plus tirer parti de ce plan. Qui sera le plus pénalisé à votre avis ?

Notons que certains chevaliers blancs volent au secours des blogueurs assaillis de commentaires, comme le fait le justicier masqué (les 3x de son "nom" ne pointent sur rien #) de cette capture d'écran :

justicier commentaire
Le résultat ? Le blog ci-dessus a effectivement mis en place un captcha anti-spam ET effacé
certains commentaires trop évidents. Sur d'autres sites, la censure a été maximale, le blogueur croyant
peut-être que le spam est une maladie contagieuse et qu'il ne faut pas faire de quartier, et tout supprimer
purement et simplement !

Lorsque les référenceurs jouent le jeu, point de problème ! Cet afflux de visites et de commentaires peut être dû à une recommandation sur n'importe quel site ou réseau social. Et lorsque les commentaires sont dans le ton, je ne vois pas le mal. Certes, quand les blogueurs ont leur lectorat bien installé d'habitués, c'est un peu comme si une troupe de badauds venu d'on ne sait où débarquait dans un bar en donnant son avis sur la déco, et pour la plupart, en repartant sans plus jamais revenir (ou en tous cas, peut-être sous la forme d'une pince à linge en verre plié ou d'une compote de coings la prochaine fois, selon les besoins et l'ancre optimisée). Ce qui peut être déroutant, j'en conviens.

Spam en émoi

Alors, que penser ? Cette liste ne donne aucun outil pour automatiser et sulfater les blogs, c'est donc à la discrétion de chacun de ne pas trop faire le spammeur-bourrin. Après une première vague due à la curiosité, ces blogs vont sûrement recouvrer un trafic normal mais légèrement supérieur car il y a toujours d'heureuse découvertes dans ces balades, et certains référenceurs reviendront certainement.

Quant à ceux qui sont omniprésents et posent leurs liens sur le moindre formulaire qu'ils rencontrent, mais qui commentent toutefois avec un petit mot personnalisé pour chacun, cela leur fournit quelques entrées supplémentaires.

N'empêche que, pour la plus grande majorité, il n'y a rien de nouveau, ces spots sont visibles depuis des années.

Plus grave à mon avis est le jeune padawan qui va livrer un hack sur une plateforme, car l'exploitation de l'astuce en grand nombre va sûrement entraîner les responsables à modifier leur code, voire à supprimer certaines fonctionnalités que des membres utilisaient déjà. Cela risque donc de leur faire perdre des droits et les prive d'une jouissance dont ils bénéficiaient auparavant. Dur.

Conclusion

Globalement, cette liste de blogs DoFollow ne révolutionne rien, mais les réactions qu'elle suscite confirme une tendance pressentie depuis l'année dernière. Le climat se durcit. Depuis que Google est sortie du bois et ne prend plus de pincettes pour imposer ses méthodes, les professionnels du référencement essuient les plâtres de tous ces filtres et procédures destinés à "nettoyer internet". A un rythme régulier, big G. resserre son étau, de mois en mois. Alors une partie de cette pression est répartie sur la communauté, entre les membres.

Peu de temps après l'annonce de Panda, des légions de webmasters ont demandé le retrait de leurs URLS auprès d'annuairistes et CP-istes.

Depuis l'apparition de l'outil de désaveu de lien, ce sont des milliers de sites qui doivent être dénoncés chaque jour.

Depuis plusieurs mois, plus rien sur Twitter à part des messages persos, des annonces d'articles et des RT de billets archi-connus ou de sites faisant autorité et donc, eux, connus. Finie l'époque des petites astuces, des (vrais) plans partagés.

Depuis quelques mois, une part croissante de blogueurs devient plus sévère vis à vis des contributions laissées sur leurs sites.

Je conçois parfaitement qu'il y a de l'abus, que certains sites n'avaient pas leur place dans les Serps, et que le SpamCo "çay le mal", n'empêche que je trouve ce climat tendu.

Alors pour ne pas rester sur cette note pessimiste, je propose d'adopter une attitude share the love / spread love ! ou encore à l'image du dernier billet en date du magnifik gasy, partager ses lectures 

MISE A JOUR MARS 2013

La liste Dofollow citée est désormais accessible en contrepartie d'un tweet