Je commente donc je suis

Je ne vais pas revenir sur l'histoire du web, toussa. Oui le web évolue, oui il faut s'adapter. Reste que :

Si je ne suis personne, que je débute dans le SEO, laisser un commentaire pertinent permet de commencer tout doucement à me faire connaître. Ceux qui apprécient mon com' vont pouvoir aller voir qui je suis grâce à mon lien désoptimisé. Bien entendu, si je suis Laurent Bourrelly je n'ai pas besoin de ça.

Du commentaire à la limite du chat

Le com suite à l'article c'est parfois du quasi-instantané dans le SEO, vu que l'éditeur est en ligne 24/7 pour faire ses audits, publier ses articles ou réaliser ses tests. Donc en général, le commentaire est publié dans les 15 minutes qui suivent (sauf le phénomène "je suis dans tes spams" poke @seomuscle et moi-même) D'où fil continu dans la discussion tout en respectant la hiérarchie chronologique. On apporte de l'eau au moulin dans la réflexion collective, mais on peut en suivre l'évolution grâce aux interaction. Le fil de commentaires permet cet enrichissement sémantique et ce glissement de pensée progressif. On ne passe pas d'un sujet A à un sujet B sans lien, et c'est le cas de le dire.

Mon blog est commenté donc je suis

Perso je trouve les blogs fermés aux commentaires d'une tristesse absolue. C'est sûr qu'on se prend parfois des vents, je veux dire ici même certains articles n'ont pas de commentaires du tout (pas besoin de chercher loin suffit de voir ici), ou parfois un ou deux, c'est un peu la misère question image de popularité. Mais cela permet d'avoir de bonnes pistes de réflexion pour améliorer son blogging :

  • Mon article n'est pas intéressant
  • Mon article est mal rédigé ou mal présenté
  • Les incitations à continuer la discussion (call to action) ne sont pas évidentes
  • Le timing est mauvais ; j'ai rédigé mon billet à 21h le vendredi ça m'apprendra
  • Je n'ai fait aucune annonce de cet article et les seuls à l'avoir lu sont mes abonnés au flux RSS

L'autre effet induit par la fermeture des commentaires est la tour d'ivoire. Genre "j'ai écrit ça donc voilà, si tu n'es pas d'accord c'est pareil mais tu n'a pas la possibilité de t'exprimer. Read only mate, CHMOD 444 fermeture-commentaires-blogs"

Au contraire, avoir sur son blog des commentaires rédigés par des personnes reconnues dans son milieu professionnel est un gage de qualité par le crédit apporté. Surtout lorsque les commentateurs en question vous approuvent ! Vous trouverez sur ce blog du promoteur internet des coms de Laurent Bourrelly, de Sylvain et Guillaume Peyronnet, de Sylvain d'Axe-Net, de Marie-Aude lumière de lune, Christian de Référencement naturel White Hat, Loïc etc

Je trouve cela très stimulant.

Désormais il va falloir suivre plusieurs services en ligne

Dans son billet Laurent évoque les réseaux sociaux comme Twitter, Tumblr, ou d'autres formes de dialogues possibles à travers l'email comme Seth Godin ou Skype qui serait en partie repris par copié-collé dans l'article.

Cela veut dire que la discussion va être éparpillée, morcelée, qu'il faudra chercher sur différentes plateformes pour essayer d'en avoir l'intégralité. Sans quoi on va tomber dans le piège du "morceau choisi", genre

- J'ai vu ça sur le tweet de LB ce matin, truc de ouf ! Laurent Bourrelly tombe dans la normalitude et ferme lui aussi ses commentaires !

- Ah oui mais non, si tu checkes sur son Tumblr tu verras qu'il éditera son article

- +1 j'en ai longuement parlé avec lui par email ce matin (on est bien avancés)

- LB fait bien ce qu'il veut comme il m'a dit sur Skype

- De toutes façons c'est mort maintenant y'a que ce qui s'échange IRL qui vaut le coup, et ce qui s'échange IRL reste sur IRL

Bref. Je ne suis pas sûr que ça soit plus simple de ramasser l'intégralité des interactions en multipliant les plateformes sociales, au contraire je pense qu'on va vers une démultiplication de l'effort de veille à fournir. Et puis des fois, tu loupes un tweet auquel tout le monde fait référence. Et puis à un moment donné le tweet disparaît. Supprimé par son auteur. Facile. Plus de traces.

Conclusion

Vous l'aurez compris, je ne suis pas pour cette fermeture du dialogue ou sa dissémination ailleurs que sur le document original. Pour vous dire, j'en avais même fait un site, lachetoncom (cherchez plus il a été squatté depuis que je n'ai pas renouvelé). Bien sûr, on peut évoquer le spamco, le com' inutile avec lien spammy flagrant, mais ça se nettoie tout ça (spammeur bourrin inside). Je suis nostalgique des joutes verbales comme en pouvait en lire sur Acta Diurna, Tranches de Mkt ou autres Baume référencement.

Comme je l'ai à travers mon billet "de l'appauvrissement d'internet" ou "reconstruire le web je continue pour ma part d'accepter les commentaires et les liens, parfois même ceux avec une ancre bizarre. Mais bon, osef, je ne suis pas Laurent Bourrelly.

Edit du 17.03.2015 à 15h10

Dans la réponse à son article qu'il a édité, Laurent commente les 3 autres billets qui ont été rédigés suite à sa décision :

http://weboref.fr/lecasbourrelly

http://www.thomascubel.com/reponse-laurent-bourrelly-fermeture-commentaires/

http://antoinesacco.fr/blog/seo/laurent-ferme-ses-commentaires-pour-combien-de-temps/

Quant au mien, il dit (je cite) :

Là aussi, je sais que mon tweet vers son billet et l’inclusion de l’URL dans mon édit vont lui ramener des centaines de visiteurs.
Avez-vous déjà vu un commentaire capable de ramener un trafic digne de ce nom ?

1/ Et je réalise alors que je fais partie de la minorité de lecteurs qui aiment bien fouiller et sont d'une curiosité insatiable. Car pour moi un lien dans un commentaire pertinent confère autant de valeur à son auteur que s'il était cité, car je suis seul à juger de la contribution. Bien entendu, d'un point de vue algo, l'intérêt est tout autre puisque le contexte est bien meilleur sémantiquement parlant, sans compter que le lien se trouve "au milieu" de l'article et pas en fond de page, qu'il est isolé du reste des liens sortants des autres commentateurs, etc N'empêche, pour moi si le message est intéressant c'est une vraie visite naturelle (la mienne) que le com' va apporter au posteur. En fait ce qui me trouble le plus, c'est qu'en éditant l'article, l'historique du message d'origine est rendu flou. Et que les lecteurs comprennent très bien la partie de ping-pong en cours, mais vont-ils se donner la peine d'aller lire les N articles cités ? TL;DR ?

Le risque est alors qu'ils se satisfassent des bouts de citations comme je le fais ici moi-même. Mais alors, attention aux quiproquos, à l'interprétation de chacun, etc.

2/ Pour moi, un lien de citation comme il l'a fait c'est un peu de la recommandation, on sait pas trop si c'est du copinage, on sait pas trop si l'auteur a un intérêt visible ou caché à faire cette citation. Ici ce n'est pas le cas, mais si l'opération devait se reproduire, puisque Laurent dit qu'il "persiste à penser que mon blogging va prendre un nouveau virage suite à ma décision.", le travail de collecte et de centralisation serait énorme et imposerait une impartialité totale (pourquoi lui est cité dans l'article et pas Untel qui s'est pourtant fendu de son petit billet aussi ?)

Bref, le débat avance, sur plusieurs fronts à la fois, avec de vraies idées (j'ai compris l'intérêt de la nouveauté  grâce au billet de Thomas Cubel). Pour ma part je m'engage à publier l'impact du lien de LB sur les statistiques de consultation de cet article !