Enterrer le glorieux passé

Avant, c'était facile, avant tu pouvais gagner des millions avec adsense et ton réseau de sites, avant blahblah... ok STOP ! Aujourd'hui c'est 2015.

Pied d'égalité


Je propose de considérer tout adepte du SEO comme égal. Qu'il ait 15 ans de métier derrière lui ou 3 mois, sur l'optimisation durable d'un nouveau site le rapport de force est équilibré. La différence concernera surtout le temps pour mettre en œuvre l'ensemble des actions.

Communication externe


L'image de la profession doit changer.

Entre le corporatisme langue de bois et le copinage des débuts, il y a un juste milieu à trouver. Cela consisterait à favoriser la différence des opinions et des techniques sans jamais tomber dans le dénigrement ou la délation : des charlatans il y en partout, et il y en aura encore dans 15 ans. Inutile de perdre de l'énergie à se battre contre des moulins à vent. Et les bruits qui courent restent dans les vestiaires.

Outre ce volet concernant la réputation du métier, l'aspect technique serait mis en avant : la facette seo du métier consiste à s'assurer de la fonctionnalité du site : accessibilité, compatibilité multi-plateformes, respect des normes et standards, vitesse de chargement... Ces actions s'appuient sur du concret, pas sur des hypothèses ou des mythes.

Enfin, il s'agit d'élever le niveau opérationnel : non, le référencement naturel ne consiste pas qu'à espionner la concurrence et copier ses techniques, quoiqu'un néophyte puisse en penser après avoir assisté aux conférences de certains professionnels. On peut concevoir et déployer des stratégies très créatives comme dans n'importe quel autre secteur.

Il s'agit également de reconnaître des tendances différentes. White Hat et cie. Car non, tous les référenceurs ne sont pas des spammeurs.

Et non, faire un lien pertinent dans son contexte ne fait pas d'un webmaster un black hat ou un grey hat, qu'il soit par défaut ou nofollow.

Marre du discours de certains qui cherchent à mettre tout le monde dans le même sac : référenceur = manipulateur d'algorithme tricheur auprès de Google (cf seo sado maso)

Communication interne

Tous les évènements seront bien entendu plébiscités, dans le respect de la pluralité (séminaires techniques, conférences marketing, formations statistiques...) et disposeront de la même visibilité (pas de copinage ou de pseudo lancement orchestré).

Ces quelques propositions n'ont rien d'extraordinaire ni même surprenant; pourtant elles permettront de libérer la profession de la chape de plomb liée à l'activité prédominante de netlinking.

Le Netlinking est-il devenu le mouton noir du seo ?

Oui, puisqu'il a été le maillon faible de l'algo de Google, et depuis qu'il est devenu le signal d'alerte le plus sensible pour positionner un site.

Raison supplémentaire évoquée ci-dessus : l'industrialisation des outils, des techniques et processus : espionner comment font les autres pour pomper leurs plans a fait les beaux jours de nombreux référenceurs. Et ce ne sont pas les outils qui manquent pour cela (cf. course à la conso SEO).

Paradoxalement donc, il est donc aujourd'hui plus facile de copier les concurrents en achetant des logiciels ou en s'abonnant à des services. Et pourtant, c'est une stratégie à double tranchant (lire "la prise de risque en référencement" ici), d'autant plus dangereuse que ces outils n'ont jamais une vue globale mais ne s'intéressent chacun qu'à une partie des données à prendre en compte. Les concurrents peuvent donc laisser des pièges ou n'utiliser que des sites inaccessibles pour vous.

Le netlinking est donc à la fois plus facile d'accès que jamais, mais plus dangereux. Là se trouve une certaine idée de rupture (dans les pratiques) qu'il faut agrémenter d'une bonne dose d'innovation !