Bad Karma

Chacun sa morale.

Par contre, un article récent sur un site du genre "actualité à sensations" a jeté le discrédit sur le webmaster de "je suis français point net". Comme je ne cautionne ni l'une ni l'autre des deux parties en question je ne donnerai pas les liens, qui se trouvent facilement sur twitter, par exemple.

On apprend en substance dans l'article que ledit éditeur de site a surfé sur la vague d'émotion et de compassion portée par les attentats de Paris. Qu'après avoir appelé à la mobilisation, aux bons sentiments etc etc il a progressivement dilué le message pour afficher des articles de type "clickbait", c'est à dire rédigés dans le but d'intriguer l'internaute au point de le faire cliquer. Et au sein de ces articles, de nombreuses publicités Adsense. Tout comme on peut voir sur les images illustrant l'article des bannières publicitaires.

Bref, un site de spam de l'ère post-penguin de Google : des articles fourre-tout sans saveurs qui suivent l'actu "spectacle", des rubriques obligatoires absentes comme les CGU ou mentions légales. Notons avec humour cet extrait tiré de l'avis sur les cookies utilisés sur le site :

"1) Nous recueillons des informations sur votre navigateur Web, IP, FAI à la date et à l’heure de votre visite. C’est la procédure normale de tous les sites web."

Ah bon, c'est la procédure normale pour tous les sites web ? En tous cas, pas celui sur lequel vous êtes actuellement.

L'autre truc, c'est l'apparence plutôt moderne du site (surtout comparé au mien). Un look plutôt sympa. Ce genre de site est donc la version moderne des sites de communiqués de presse utilisés pour le référencement d'avant 2011 : un look, un discours, un ton très "fresh" destinés à tromper l'internaute. Pour bien ranker et pour pousser son réseau de site (linkweel ou PBN). D'un point de vue purement SEO ce genre de site est tellement sur la sellette qu'il ne peut se permettre des campagnes de netlinking massives : ce serait un signal évident pour Google qui soumettrait ces URLS suspectes à l'analyse de Quality Raters ou de l'équipe Search Quality / Webspam. Et là, le flag serait dressé sans hésitation, pour toutes les raisons évoquées ci-dessus. Et le site finirait dans le fin-fond des Serps...

Alors que faire ? Si Google se méfie désormais des liens, il reste à tromper les internautes, qui eux vont apporter du trafic, et des clics. Et peu à peu, ces clics vont bien finir par conférer une "certaine" légitimité aux pages. J'en reviens à la démonstration de ce que j'appelais dans mon article un  "Changement de paradigme SEO" http://blog.promoteur-internet.com/post/nouveaux-paradigmes-SEO : on voit ainsi de plus en plus de sites avec très peu de liens (au moins "visibles"), qui misent principalement sur le SMO, sur l'aspect social du web.

Le site en question invite les internautes à rejoindre ses comptes Facebook et Twitter, qui comptabilisent des milliers de comptes. Un rapide survol de quelques-uns de ces comptes permet de réaliser qu'il y a du fake, des faux-comptes à plein. On est à fond dans l'illusion.Et le site s'emmêle les pinceaux puisque le compte twitter plébiscité (jesuisfrancais_) affiche 30 followers alors que celui mentionné dans l'article (jesuisfrancais3) 129k.

Et l'éditeur du site de clamer qu'il réalise ("génère" selon ses propres termes) des milliers d'euros par mois. Encore un chiffre lancé pour épater la galerie, quand on sait que le domaine a été créé le 28 novembre 2015. Grâce à (entre autres) des articles bateaux ou bidons, dont certains volés à d'autres plateformes de contenus du même acabit, selon l'article.

Bref. On est dans le contenu jetable, dans la pollution du web, dans l'opportunisme pour grappiller des clics dans l'espoir de générer ces fameux "revenus complémentaires" grâce au web.

In fine, cet article ne nous apprend rien, mélange des comptes twitter et ne donne aucune information plausible ni vérifiée. Et les auteurs de cette farce continuent de brouiller les pistes, puisque le compte twitter @JeSuisFrancais_ repart à zéro avec 8 tweets à son actif et sous une "identité" américaine.

Negative SMO

Alors, à quoi sert ce buzz ? S'agit-il d'un règlement de compte entre éditeurs de sites clickbait ? D'une vraie-fausse opération de communication entre le journaliste web et le site en question, dans le but de le pousser et si possible de grappiller quelques vrais liens ?

Le fait de tenter de profiter ainsi de la naïveté, de la crédulité de certains, de récupérer pour son propre compte des élans faisant suite à des évènements tragiques dans le cas décrit dans cet article ne peut pas être anodin. Les auteurs de cette farce pourront sans doute se gausser d'un petit pic de fréquentation, mais pour quelles retombées réellement positives ? Ils ont exposé ici une partie de leur réseau et de leur "stratégie". Quant à l'aspect social, sur twitter par exemple ils ont été associés à des termes peu élogieux par des Twittos qui ne sont ni des débutants ni des idiots. Je cite un tweet assez représentatif au niveau des réactions d'autres Twittos : "Être un sombre connard" source https://twitter.com/MrAntoineDaniel/status/687942336719007744

Alors je sais pas pour vous, mais je préfère générer 0 euros de revenus publicitaires ou d'affiliation et ne pas avoir à tomber dans des montages de sites ou réseaux de la sorte pour les financer.

Est-ce que c'est parce qu'il est possible de le faire qu'il FAUT le faire ?

Et la conclusion de cet article est de vous encourager à réfléchir à deux fois avant de vous lancer sur le web en pensant qu'il est facile de scrapper le web, facile de prendre de l’hébergement à pas cher, facile de publier un réseau de site en espérant diluer les footprints, facile de générer des revenus en misant tout sur le clickbait... Faut-il pour le faire pour autant ?