Entre hypocrisie, sadisme et masochisme

J'en ai marre de lire des idioties de plus en plus souvent et de constater des régressions dans le milieu du référencement. Mais je ne sais pas si c'est ce qui m'attriste le plus, car le comportement moutonnier d'une partie de la population SEO n'est pas non plus très réjouissant.

L'ambiance actuelle est plus que morose : c'est l'été des règlements de compte. A grand coup de billets moralisateurs, on peut lire partout qu'il ne faut pas s'étonner d'être pénalisé si on édite des sites qui sentent le SEO à plein nez. Eh bien j'ai envie de dire : WTF ?

Les commentaires sur des avis récents comme sur :

sont emblématiques d'une disparité énorme dans le métier.

Si j'essaie de me mettre une minute dans la peau d'un e-commerçant qui cherche des solutions pour accroître sa visibilité sur internet et que je tombe sur ces pages, qu'en penser ?

  1. Personne, absolument personne, n'a la moindre idée de ce qu'il faut faire tellement les avis sont divergents,
  2. Certains n'ont visiblement rien compris ou se contredisent ouvertement en signant des commentaires ineptes avec des ancres comme "Panneau de chantier",
  3. On constate facilement le cheptel de "moutons" qui ne cesse de grandir (c'est mieux pour se faire tondre la laine sur le dos) "oui tu as raison je suis totalement d'accord avec toi et j'adore tout ce que tu dis, je disais justement pareil avant-hier, je kiffe, d'ailleurs je like et partage sur les réseaux sociaux",
  4. Certains visiblement détiennent la science infuse en truffant leur contribution de lapalissades ("depuis le temps qu'on sait que le contenu est roi", "il vaut mieux un bon site bien fait que de chercher à manipuler les moteurs"...) ce qui renvoie à l'étape 1
  5. D'autres font très clairement la morale, ça me donne envie de chercher à savoir qui ils sont et les résultats qu'ils ont (gare au retour de bâton);
  6. Heu, et ces blogueurs se considèrent "professionnels" et c'est à eux qu'il faudrait que je confie mon business ?

I have no idea what I'm doing

Source de l'image : http://knowyourmeme.com/photos/234137-i-have-no-idea-what-im-doing

Bref : le milieu du référencement n'en finit pas de scier la branche sur laquelle il joue l'équilibriste. (Je mentionne pour la complétude du propos la déclaration devenue meme : la fin du SEO|le SEO est mort...)

Intégrité welcome

Depuis le coup de pied du Panda dans la fourmilière SEO, les loups sont sorti du bois. Je pense que l'opération de communication de Matt C. a du lui apporter la reconnaissance éternelle de ses collègues. Le département "Search" imaginait-il obtenir autant de retombées et de coopération de la part des webmasters/SEO/référenceurs/marketeurs du monde entier ?

On aurait peu s'attendre à un mouvement de rassemblement, une solidarité autour de l'activité de référencement. Que nenni. "Sauve qui peut" a plutôt été le leitmotiv de la majorité (mais rappelez-vous : ce que pense la majorité...)

On a pu assister à une évangélisation des influenceurs autour des services GG. Une pluie de billets de blogs sur les bénéfices de l'Authorship et de l'AuthorRank. Ou encore une salve, qui sulfate encore la blogosphère actuellement, sur les changements de ligne éditoriale de blogs, d'annuaires ou de forums, dans le plus pur style "GG guidelines friendly".

Bientôt, certains vont afficher un petit label qualité comme "ce site respecte les consignes de Google ?"

En parallèle, certains commentaires se moquent ouvertement des sites qui affichent en clair les mots "seo", "référencement", "communiqués de presse" ou "annuaire" sur leur site. J'aimerai savoir si ce sont les même qui demandent un compte auteur sur ces même plateformes, histoire de varier leur profil de netlinking...

Non à l'auto-flagellation

Je ne vais sûrement pas céder aux sirènes de la mercatisation-sensation qui dilue toutes les valeurs au nom du ROI. Je ne dénonce personne, chacun est maître de sa stratégie d'acquisition de visibilité.

Je tiens à travers ce billet à exorciser le profond malaise qui est en train d'engloutir la communauté. Quand j'utilise ce terme, je me réfère à la communauté qui investit dans un projet comme celui des frères Peyronnet. Une communauté qui peut également faire preuve de solidarité suite aux appels de LB, LdL et autres concernant des opérations comme "Aider ChuckRoast". Cf. "Don contre lien" à lire sur http://xxx.lachetoncom.fr/post/commentaire-contre-don

Notez bien que je n'idéalise pas cette communauté. Il s'agit avant tout de confrères / concurrents / collègues, comme dans tout corps de métier. Mais si j'utilise ce terme, c'est bien pour souligner l'image que peuvent donner les échanges entre membres de cette communauté pour un regard extérieur.

Comme j'en ai déjà parlé dans mes billets précédents, je déplore qu'une partie non négligeable de cette communauté se fasse le relais de la désinformation du géant du secteur et adopte des mesures "préventives" qui appauvrissent le web (sans parler des fervents utilisateurs de l'outil de désaveu de liens, qui nécessitent alors de reconstruire le web).

En participant ainsi à la débâcle du secteur professionnel, c'est l'image du métier qui est mise à mal. L'e-reputation du SEO est au plus bas. Alors le vocabulaire est épuré, certains ont fait la bascule et ne parlent plus que de webmarketing, d'inboud marketing, de référencement par les réseaux sociaux. Pourquoi pas ?

Le milieu est au creux de la vague, et pourtant cela n'empêche pas ceux qui ne voient pas plus loin que demain de continuer à saborder le navire : Spamco automatisé puissance 10 avec 5 ou 6 liens dans 3 lignes de textes mal spinnés, je me dis que le NSEO est en pleine effervescence... Et je le constate sur un grand nombre de sites.

Malgré tout je n'ai pas envie de hurler avec les loups. Je considère que je n'ai pas à m'agenouiller devant une entreprise qui a retourné l'internet comme une crêpe après avoir utilisé, asservi et manipulé tous ceux qui en sont réduits à payer pour sa régie publicitaire aujourd'hui, la double-peine très peu pour moi. Tendre l'échine pour sentir le froid du couperet métallique, brrrrrr.

Je ne suis pas non plus les amateurs de l'auto-flagellation dans leur mea culpa : si certains ont gagné beaucoup d'argent facilement à un moment grâce à des revenus publicitaires, tant mieux pour eux. Si d'autres on pu ranker en tête des Serps avec un site moche et inintéressant grâce à des linkfarms, tant mieux pour eux aussi ! Ces personnes ont contribué à l'essor de Google.

C'est une stratégie qui n'est pas très éloignée de celle qui consiste, pour un éditeur logiciel, à mettre une copie de son soft sur les réseaux torrent pour permettre sa diffusion massive (virale) en un minimum de temps. Une fois que le logiciel a créé son écosystème, il est largement rentabilisé. Bref.

Pourquoi chercher aujourd'hui des excuses à la world company ? Vous pensez sérieusement qu'avec le story-telling de l'entreprise créée dans un garage, les fondateurs qui sont tout sauf des amateurs (maitrise et doctorat en informatique dans des écoles prestigieuses pour Page et Brin) n'ont jamais vu venir les contournements de limitation de leur algorithme ? Vous pensiez sérieusement qu'en embauchant à tour de bras, en mettant en place des tas d'outils et de services que les internautes du monde entier beta-testaient docilement et avec impatience, Google était dans une démarche philanthropique et ne savait pas que certains se dégageaient des revenus au mépris de ses CGV ?

Alors pourquoi, aujourd'hui, clamer partout que la récréation est finie ? Le SEO serait-il frappé du syndrome de Stockholm ?

Gache pas tes capacités

Le lavage de cerveau bat son plein, mais j'ai l'impression que beaucoup ont déjà arrêté de l'utiliser.

Quant à ceux qui auraient envie de commenter en évoquant le fait que "si on a rien à se reprocher..." je les informe juste que c'est un raisonnement qui a entraîné de bien tristes périodes dans l'histoire de l'humanité.



Pour aller plus loin, compléments d'information :

Le Monde de Google : http://blog.promoteur-internet.com/post/2012/06/06/le-monde-de-Google

Google et la saturation de l'actualité : http://www.webcontentspinning.com/google-et-la-saturation-de-lactualite/