L'évolution du SEO en 2015

La communication prend du temps, et les partages ou échanges d'information sont de moins en moins rentables : ils sont chronophages mais servent de plus en plus aux autres, qui n'hésitent pas à emboîter le pas. Voire cette année pleine de suiveurs qui se sont passés le mot sur des mots-clés qui apparemment devaient attirer l'audience tels que "sortie de pénalité google" : cherchez les blogs qui en parlent. C'est clairement une voie d'auto-promotion, très imprécise et peu glorifiante, qui consiste à dire que le prestataire SEO a fait un travail de :

  • collecte de données,
  • envoi de demandes de suppression de liens, voire des demandes de désaveu,
  • envoi d'un ou plusieurs courriers à Google.

Bref, un boulot de secrétariat. Et dire que ces tâches de pompiers du web ont alimenté une majeure partie de la blogosphère SEO...

Seulement maintenant que c'est relativement documenté, n'importe qui peut le faire. Encore une fois, en essayant d'attirer le chaland et de tirer la couverture à eux, les référenceurs se sont tirés une balle dans le pied...

N'importe qui peut faire du SEO aujourd'hui, c'est une tendance forte de 2014 renforcée en fin d'année par l'arrivée ou la mise à jour d'outils SEO. Ces logiciels magiques, à l'instar de la machine qui fait "bing" des Monthy Python (voir l'extrait vidéo sur Youtube ici : http://youtu.be/arCITMfxvEc), et qui impressionnent en fournissant des tas de métriques inventées pour l'occasion ou récupérées d'autres systèmes, tout aussi floues ou relativement fiables. Lire mon billet sur ces données parfois fumeuses qu'on cherche à nous fourguer par abonnement.

Non seulement la légitimité de certains professionnels du référencement est mise en doute par la simple lecture des billets contradictoires qu'ils publient (avant : "être premier sur GG : fastoche de faire des liens partout", en 2014 : "attentions aux liens que vous faites je passe mon temps à supprimer ce que d'autres - ou peut-être moi- ont fait avant comme des bourrins"), mais elle est complètement foulée aux pieds par les Googlers qui appliquent des mesures au cas par cas, de manière incompréhensible lorsqu'on dissèque les nombreux cas d'écoles de cette année. Quand des agences de référencement qui ont pignon sur rue depuis des années en viennent à publier sur leurs blogs des compte-rendus de levée de pénalité, je trouve ça dommage et très réducteur. Et c'est une excellente tribune pour Google qui démontre ainsi que la fenêtre d'action des référenceurs est de plus en plus réduite : un discours que les éditeurs de site en recherche de pros du SEO ne peuvent qu'entendre et finir par prendre une décision simple :

  • faire le référencement naturel eux-même
  • acheter des liens sponsorisés

D'ailleurs, à observer les tendances seo 2014, la sémantique et l'analyse du crawl sont les deux nouvelles mamelles nourricières du secteur. NORMAL !

Puisqu'on ne peut plus être vraiment sûr des effets liés à ce qu'on ne maîtrise pas (le netlinking sur des sites externes), on se concentre désormais sur ce qui nous appartient !

Une tendance qui est vraiment nouvelle; j'en veux pour preuve la page d'accueil du site l'Attrape Robots présenté comme un laboratoire d'étude des bots crawlers dédié à l'automatisation, page dont le contenu textuel n'a pas changé depuis 2006 et qui décrit "une assez petite partie de la population des webmasters s'intéressent à ce qui se passe dans les coulisses de leur site", cf. http://www.attrape-robots.com/

2014 aura donc signé la mort du SEO ?

Non pas à cause de la technologie responsable des filtres algorithmiques Panda, Penguin ou autres Pigeon, mais bien à cause de la bêtise crasse dont certains ont pu faire preuve, comme l'ont brillamment démontré nombres de professionnels qui se sont retrouvés pénalisés suite à des attaques de type NSEO ou des dénonciations, parfois calomnieuses, lire à ce sujet @RaphSEO http://www.visibilite-referencement.fr/blog/venez-pas-parler-communaute-seo qui n'hésite pas à dire ce qu'il pense de la notion de "communauté SEO"..

Le caractère très "moutonnier" de certains ans le milieu ne lasse pas de décevoir ou de faire enrager les plus éloquents, comme ici @Korleon qui s'amuse de voir ses tactiques suivies et copiées : http://www.korleon.fr/mouton.html

D'autre part, d'autres professionnels du réf nat n'hésitent pas à reconnaître la situation qui devient de plus en plus difficile face aux clients, cf. cet article d'Aurélien d'Htitipi http://www.htitipi.com/blog/prestas-seo-cacahuete.html

Alors le SEO n'est pas mort, mais les experts SEO seraient-ils en difficulté ?

Tourné en dérision sur le web ou exploité par des concurrents ou des clients qui exigent des résultats de façon malhonnête (par exemple en dénonçant le travail du SEO qui aurait pénalisé le reste du travail, un peu comme si un propriétaire de maison neuve reprochait au menuisier de mal avoir construit la maison alors qu'il aurait fait lui-même n'importe comment les travaux de maçonnerie), le métier de la visibilité web est en train de tourner une page en s'inscrivant dans une démarche plus globale d'acquisition de notoriété.

Exit poseur de liens, welcome growth hacker ?

Tout serait si simple s'il suffisait de changer d'ét(h)ique(tte). Il est possible de tromper les nouveaux arrivants sur le marché du référencement, mais la mémoire collective ne s'estompe pas aussi facilement quand il s'agit de reconnaître certains donneurs de leçons d'aujourd'hui qui ont bien spammé le web d'hier, qui n'hésitent pas à changer la couleur de leur chapeau suivant le sens du vent.

Il est aujourd'hui beaucoup plus difficile d'apprendre le métier de référenceur en utilisant les méthodes qui ont fait leur preuve, comme par exemple les concours de réf. Il y a aujourd'hui pléthore de formations, mais elles s'articulent principalement autour de concepts plus qu'autre chose : on parlera de cocon sémantique, de surfeur aléatoire, de passages de spiders... Ces formations au demeurant très enrichissantes n'en restent pas moins très théoriques : pas évident de faire une arborescence en coquille d'escargot sur un sujet limité ou de déployer et d'animer un réseau de plusieurs centaines de sites légitimes, c'est à dire de façon white hat... Enfin, sur un gros CMS sur lequel on a pas la main, pas toujours possible non plus de lever certains points bloquants révélés par l'analyse de logs.

A la lumière de tous ces faits ayant marqué 2014, voici mes Prédictions SEO 2015 :

  1. Plus d'efforts à fournir
  2. Plus de moyens à investir 
  3. Plus de sécurité à mettre en œuvre (se protéger des concurrents et du NSEO, brouiller les pistes, mener une veille proactive)

Qu'en retirer ? Quelques conseils pratiques :

Editeur de site qui me lit et ne dispose que d'un budget limité ou cherche à se positionner sur un secteur pas ou peu concurrentiel, fais ton référencement toi-même.

Si tu en a les moyens, recrute un seo/référenceur/webmarketeur in-house.

Si tu as des moyens qui ne sont pas ridicules face au travail à fournir pour propulser un site en première page de google, mais n'a pas la structure pour accueillir un nouveau salarié, fais appel à un prestataire indépendant qui peut prouver les résultats de son travail.