Ce billet va être très court, une fois n'est pas coutume.

Il démontre (s'il fallait encore le prouver malgré l'hypocrisie ambiante, ou l'aveuglement, ou l'endoctrinement, ou plus simplement l'ignorance) :

  1. que les liens sont toujours aussi importants
  2. que l'algorithme de Google se prend toujours les pieds dans le tapis

Fact checking

Soit trois sites différents de faible volume (moins d'une trentaine de pages), réalisés à des périodes différentes, hébergés sur des classes IP différentes, et sur des domaines faiblement voire moyennement concurrentiels.

Contexte on-site et on-page

Soit des liens émanant de pages de type articles, sur des sites au positionnement entre le communiqué de presse, le site d'actualité, le blog. Sites non pénalisés, bien indexés, pas bourrins (lire l'article "comment ranker son site de communiqués ?" En tout 5 sites différents.

Soit des ancres optimisées pour chacun de ses liens. Allant de 2 mots à 4 mots par ancre, et ne contenant pas le nom du site mais bien des termes de recherche. Ces liens ont été contextualisés au sein de textes originaux entre 2012 et 2014, à raison d'un seul lien optimisé par article.

Soit le retrait de ses liens.

Fast ranking

Une fois que Google a eu pris en compte le retrait de ses liens, j'ai pu noter le jour même un gain significatif (de +4 à +10) de positions des sites "lésés" sur les termes qui figuraient dans les ancres optimisées.

Et là je me suis dit : "bon, on va donc la faire à l'envers : pour promouvoir un site il va désormais falloir lui coller plein de liens optimisés provenant de sites clean mais pas non plus extraordinaires, et le faire monter dans les Serps en retirant les liens au fur et à mesure" !

L'effet Yo-Yo

Et puis j'ai décidé de suivre les évolutions de positionnement sur plusieurs jours, histoire de confirmer l'effet. Bien m'en a pris.

A J+2, les bonds enregistrés ont tous été annulés. C'est à dire qu'un site qui avait gagné 10 places lors de la découverte de la suppression de l'ancre optimisée a perdu les même 10 places 2 jours après lors de la prise en compte de la perte du lien (et de son contexte). Ceci a été vérifié sur les 3 sites observés, avec parfois des variations (gain de 6 places au début puis perte de 4 places seulement)

Rappel : Indépendamment du SEO onsite/onpage, Google associe les termes liés à un site via les backlinks optimisés, ça on le sait. GG comptabilise le nombre d’occurrences de ces BLs et y attribue un coefficient. Plus le site promu amasse ces liens exacts, plus le curseur se déplace vers la zone sensible. Voilà pourquoi il est primordial de varier ses ancres de liens.

Rappel plus avancé : Le site émetteur a un rôle fondamental. Si vous faites une ancre exacte depuis un site assez bien trusté par Google mais connu pour faire du lien (comme par exemple, un annuaire), alors UN SEUL BACKLINK OPTIMISE peut faire sortir votre site des Serps sur cette requête !

Constat :

L'importance accordée par Google à la chasse aux ancres optimisées et telle que c'est le premier critère considéré pour le positionnement sur des mots-clés. C'est seulement dans un second temps que le moteur analyse l'émetteur du lien et réajuste (ou non) sa variation de position.

> Serait-il possible de jouer du comportement observé dans ce retour d'expérience, en créant, retirant puis re-publiant les liens ? L'expérience est en cours.

> L'écran de fumée de la communication de Google tombe encore une fois : en effet, ce lien que j'ai retiré volontairement, il aurait pu être l’œuvre d'une précédente agence de référencement, auprès de laquelle j'en ai demandé le retrait. Ou même pire encore, il aurait pu être le fait d'un perfide #NSEO ! Ce qui ajoute au grotesque de la situation :

  • Le lien a t-il été publié par mes soins ? par un tiers ?
  • a-t-il ensuite été retiré par mes soins ? par un tiers ?
  • Scénario également possible : le site qui le publiait a t-il été désavoué par mes soins ? par un tiers ?

Voilà pourquoi le NSEO a de beaux jours devant lui, quoiqu'en disent certains responsables chez Google, lire à ce sujet http://www.abondance.com/actualites/20140702-14063-google-redirection-site-penalise-vers-site-concurrent.html